• Eux, les autres.

    Bonsoir tout le monde !

    Je vais consacrer, avec plaisir, mon premier vrai post au rapport que l'on a aux professeurs, à la demande de Mirlen (Je trouverais ça bien si tu développais éventuellement dans un autre post ce rapport que tu as aux gens en général, mais surtout aux professeurs en particulier. J'ai moi-même une façon très singulière de les percevoir (surement du à mon "passé scolaire" : parmi les premiers élèves d'un nouveau collège, bien dorlotés !) et j'aimerais en savoir plus pour toi. )

    Mais d'abord, avant toute chose, je voudrais remercier les premières personnes qui m'ont lue, qui ont commenté mon premier article. Ça m'a fait vraiment super plaisir de voir autant de réaction de la part d'autres blogueurs. J'espère que ça va continuer, en tout cas je ne compte pas m'arrêter là !

    Donc voilà :

    On a tous un rapport aux gens différent. Et différent devant chaque personne en plus. J'ai longtemps été très timide, et mon rapport aux autres était quasi nul. Le lycée était un calvaire, je ne trouvais de véritable ami en personne, j'étais seulement reconnaissante envers quelques groupes de m'accepter avec eux pendant les pauses. Aucune conversation, pas de rire, pas de complicité. J'étais le mouton qui suivait sagement son troupeau. Je voulais juste ne pas être seule. Au collège, j'avais mes amis, j'entends par là mes vrais amis, avec qui j'étais complètement à l'aise. Mais je me suis retrouvée seule au lycée, et comme un enfant qui n'a jamais quitté les bras de sa mère et qui rentre un jour à l'école, le choc est dur. Sauf qu'un enfant de 3 ans a une capacité d'adaptation largement supérieure à celle que j'avais alors. A partir de la seconde, je me suis complètement refermée sur moi-même, mais grande ennemie de la solitude, j'avais besoin d'amis. Je considérais alors les personnes avec qui je traînais comme mes amis, mais quand j'ai eu plus tard, une véritable et très forte amitié, je me suis rendu compte que ce n'était absolument pas un rapport sain. L'année dernière, j'ai rencontré deux filles, aucune de nous ne se connaissait avant, mais ça a été en quelque sorte le coup de foudre, notre amitié était fusionnelle. C'est la première fois que ça m'arrivait. Et j'en ai pleuré de joie des dizaines de fois au début, j'étais heureuse parce que je me sentais au même niveau qu'elles. Je n'avais pas besoin d'attendre qu'on me propose pour qu'on fasse quelque chose ensemble, je savais que j'étais invitée, ce qui n'était pas le cas avant. Je ne me sentais pas de trop avec elle, alors qu'avant, on m'avait toujours fait comprendre plus ou moins subtilement que si j'avais d'autres potes, ça serait cool, je n'avais pas besoin de réfléchir à "elles vont me juger si je dis ça ? ", alors qu'avant je ne pouvais rien dire, on ne m'écoutait pas de toute façon. Le déclic, je l'ai eu trop tard, bien sûr, mais je suis contente de l'avoir eu. Il a changé mon comportement. Maintenant, je m'interdit de me demander si j'ai ma place ou pas. J'ai ma place si je la veux. Et ça a très bien marché comme ça. Je me suis vraiment épanouie dans mes amitiés et dans les relations avec les mecs aussi, j'ai arrêté de m'excuser d'exister, de m'excuser d'être là, d'avoir besoin d'une autorisation pour rien. Je suis là, je n'existe pas pour rien. Personne n'existe pour rien. Personne ne devrait se sentir accepté par charité dans un groupe. Le pire c'est qu'on ne s'en rend pas compte sur le moment.

    Deuxième point, les profs. Un sujet qui m'inspire, il y a trop a dire sur eux. Les profs, pour tous les jeunes, c'est toute notre vie ! On les côtoie depuis notre âge moins trois ans (deux ans même pour ceux de début d'année, comme moi), donc ça fait un paquet d'années. Prof = cours = contrôles = notes = plus ou moins bonnes nouvelles. Je ne sais pas vous, mais j'ai toujours remis toutes les fautes sur le dos des profs. Une mauvaise note ? C'est normal le prof est nul, il explique mal, on comprend rien, il met des trucs dans le contrôle qu'on n'a jamais vus ! Un mot dans le carnet ? Ce prof s'énerve pour un rien, il met des mots à tout le monde ! Il n'a aucune autorité, tout le monde parle dans ses cours, et il m'aime pas de toute façon. Blablaba. Autant de bonnes excuses pour mettre les parents de son côté. Et si les parents sont contre le prof, alors on a gagné le gros lot. 

    La relation prof-élève en général se résume en une éternelle lutte. Pauvres profs. Je pense depuis quelques temps qu'être prof en collège doit être pire que tout. 

    Pour parler de ma relation à moi avec les profs, je dirais qu'officiellement je les détestait, mais officieusement il y a bien quelques profs que j'aimais bien. 

    En fait, il y a deux types de profs: ceux qui savent se faire aimer par les élèves (rare), et ceux qui ne savent pas (surpopulation). Dans les bons profs, il y a ceux que tous les élèves aiment (encore plus rare), et ceux que les bons élèves aiment. Les profs de collège font face à un niveau de difficulté beaucoup plus élevé pour être acceptés. J'ai eu la chance d'avoir ce prof que tout le monde aime. C'était mon professeur de musique. Un personnage incroyable. On n'avait qu'une heure de musique par semaine, mais c'est l'heure que tout le monde attendait avec impatience. Il était drôle, super sympa, proche des élèves, et personne n'osait le contrarier, il avait une énorme voix grave, et quand il était en colère, il le faisait bien comprendre. Du coup, ça n'arrivait pas souvent. En terminal, j'ai eu un prof d'histoire géo comme ça aussi. Un passionné. J'étais en S, sur l'année ou l'histoire était en option, alors ses cours étaient complètement différents de ceux auxquels on avait l'habitude, et les sujets aussi, beaucoup plus actuels et intéressants. En plus le prof était jeune et beau, alors on n'allait pas vraiment à son cours à reculons !

    J'ai toujours été discrète, le genre d'élève avec des bonnes notes que les profs apprécient. Je faisais comprendre que j'étais du côté des élèves en riant de leurs bêtises, pour rester du bon côté, du côté où il faut rester, sinon c'est mal barré pour toi. Mais ça n'allait pas plus loin. J'étais trop timide pour affronter un prof, pour le défier. Je savais aussi que mes parents ne sont pas le genre à me surcrédibiliser, un prof en colère a ses raisons. Et ce n'est que maintenant que je comprends que c'est normal, et que c'est la bonne attitude à avoir. Les parents qui protègent trop leurs gentils enfants contre les grands méchants professeurs ne leur rendent pas service. 

    Sortie du lycée, je pensais que les relations avec les profs allaient évoluer. D'une manière générale c'est en effet le cas, il nous considèrent plus comme des adultes, et s'adressent à nous en tant que tels. Pour moi, un prof de fac doit être un bon prof, je pensais que pour en arriver là, il fallait avoir une certaine expérience en la matière et avoir fait ses preuves. Mais j'ai cette année une prof d'anglais... c'est la catastrophe. J'ai l'impression que les cours d'anglais sont toujours un problème de toute façon, je ne sais pas ce que vous en pensez. Elle nous a fait acheter ce manuel d'exercice, et on passe les heures à faire des exos inintéressants, quand la prof nous interroge, personne n'a envie de répondre, il y a des gros blancs, elle parle tout doucement, elle ne décroche jamais un sourire, alors que j'en suis sûre, ça pourrait changer beaucoup de chose, elle fait la gueule, sans arrêt. Alors on  se démotive encore plus dans les deux sens, elle par nous, et nous par elle. Et ce n'est pas normal. Les profs ont leurs vies en dehors de l'établissement (oui oui, je vous assure, c'est pas une blague), mais on a tous notre vie à l'extérieur de l'établissement. Elle a peut-être ses problèmes, on a tous les nôtres. Mais je pense que son attitude est vraiment mauvaise. Je suis en fac de langue, où l'anglais est hyper important, et elle arrive a me faire de moins en moins aimer l'anglais. C'est triste. 

    Je m'arrête là, je vais dormir, je rajouterai peut-être des choses si des détails me viennent à l'esprit.

    Mirlen, j'espère être à la hauteur de tes attentes sarcastic

    Bonne nuit tout monde !


  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Décembre 2015 à 13:53

    Salut ! Bienvenue sur Eklablog ^^

    J'ai lu les deux articles, mais je préfère juste répondre en une fois :)

    Tu fais trois langues ? C'est fou ! C'est pas trop dur, l'arabe ? Tu fais juste de l'arabe littéraire, ou tu étudies un dialecte ? En tout cas, je ne sais pas comment tu fais, je galère déjà totalement avec une seule langue, je n'ose imaginer en apprendre trois à la fois.

    Tu sais, ce n'est pas parce que c'est la fac que les profs sont meilleurs, loin de là. Je ne compte plus le nombre de profs pourris que j'ai eu. Mention spécial au prof d'électromagnétisme qui a réussi à ne se faire comprendre d'absolument aucun élève (mais genre, on ne comprenait même pas ce qu'il était en train de faire, quelle formule il voulait démontrait, pourquoi, à quoi elle servait, non, rien du tout), et à la prof de grammaire chinoise et son "je ne comprends pas comment des êtres vivants dotés de cerveaux peuvent mettre ce genre de réponse". Tellement sympa. En plus, son cours ressemble trait pour trait à ton cours d'anglais, mais avec une prof désagréable en plus (elle nous a plus ou moins accusés de tricher à mot couvert aussi, parce que l'on avait de bonnes notes sans prêter attention à son cours. Elle n'a pas l'air d'avoir pigé que son cours était tellement naze que l'on préférait aller voir ailleurs pour apprendre).

    J'ai toujours été relativement timide, moi aussi. En fait, c'est un peu plus complexe que ça : étant petite, je préférais la solitude. Du coup, arrivé en sixième, je n'ai même pas cherché à me faire des amis. Grande erreur. Pendant quatre ans, je me suis trainé une réputation d’associable et de fille bizarre (associé à d'autres qualificatifs bien pire, il faut dire que se retrouver en position de faiblesse au collège, ce n'est jamais une bonne idée).  Par conséquent, je me suis jurée de ne plus jamais faire ce genre d’erreur, et donc j'ai essayé de m'intégrer au lycée. Avec un résultat très très mitigé au début, puisque comme toi, j'avais plus tendance à faire "tapisserie" qu'autre chose. Au final, il m'a fallu un an et demi pour me faire de vrais amis (sans m'intégrer dans la classe pour autant, faut pas trop en demander non plus). Bizarrement, ça a été nettement plus facile à la fac...

    Après, vis-à-vis des profs, j'ai toujours considéré que si j'avais une mauvaise note, c'était par un manque de travail, et non à cause du prof. Même si j'en ai eu que j'ai profondément haït, en général j'avais plus pitié de ceux qui tentait de faire leur boulot sans y parvenir (par contre, ceux qui n'essaient même pas, là je ne peux pas leur pardonner). A partir du moment où un prof m'apprend des trucs, ça me va. Et puis, depuis que je suis à la fac, les cours sont en général beaucoup plus conviviales (sauf exception). 

    Enfin bref, je vais m'arrêter là, parce que j'ai déjà écrit un énorme pavé ^^ En tout cas, bonne chance pour ton blog :)

      • Jeudi 17 Décembre 2015 à 18:36

        Salut ! Merci Cyraelh :D

        C'est sur que les cours à la fac sont largement plus intéressant en général, et heureusement vu que c'est ce qu'on a choisi de faire ! 

        J'apprends l'arabe classique, et l'année prochaine on pourra se spécialiser dans un dialecte. C'est assez dur, mais super intéressant, j'adore ! Toi tu fais quoi comme études ? Tu apprends le chinois ?

    2
    Jeudi 17 Décembre 2015 à 18:48

    Je suis en double licence géologie (enfin sciences de le terre, de l'environnement et des planètes) et de chinois. Ça permet de varier :)

      • Vendredi 29 Janvier 2016 à 20:28

        Bonjour,

        je tape l'incruste, hein ; mais ton cursus me fait rêver !! 

        oui oui, je rêve d'une double licence sciences / langue (physique/anglais, si ça peut se faire), tu fais comment pour ton cursus ? tu es à quelle université ? 

        Chez moi ça a pas l'air super possible... 

        merci d'avance!

      • Vendredi 29 Janvier 2016 à 20:32

        Sinon je vous rejoins : à la fac, dur de tomber sur un "bon" prof ! En général la plupart sont des profs-chercheurs beaucoup plus chercheurs que profs, et les profs de fac ont souvent la réputation de ne pas du tout être pédagogues (mais heureusement, pas tous !! pour l'instant, j'ai fait un semestre de fac et j'ai eu DE TOUT !!). Souvent ils viennent, ils débitent, ils se cassent. Mais certains sont très dynamiques et pédagogues (en général les agrégés ou les 100% profs).

    3
    Vendredi 18 Décembre 2015 à 21:59

    Coucou ! C'est vrai qu'il y a beaucoup à dire sur les professeurs... Je suis aussi de début d'année alors j'ai fait la toute toute petite section, et apparemment c'est même moi qui ai demandé à y aller. Je devais être cinglée. :') Enfin bon. J'ai une prof' de maths juste horrible, depuis la seconde. Parce que oui, petit établissement alors peu de profs' (que tu te tapes pendant trois voire quatre ans). Avant j'aimais assez les maths. Disons que c'était un moyen pour moi d'avoir de bonnes notes facilement. Puis je suis arrivée en seconde et Truc était là. Avant ça allait, puis grâce à elle, je déteste cette matière. Je la déteste elle maintenant. Je la soupçonne même d'être sociopathe. Remarques ironiques, voix douce, réflexions méchantes, rire de merde (quand il y en a), qui ne connaît pas les mots magiques, maladroite et qui veut qu'on consacre notre vie entière, jour et nuit, à sa matière. Une cruche par excellence. Alors oui mais non madame. Je pense qu'on a tous au moins un prof' que l'on a envie d'encastrer dans le mur.

    Je raconte encore ma vie. En tout cas j'aime beaucoup les différents sujets que tu proposes à chaque article ! Bisous. <3

      • Samedi 19 Décembre 2015 à 10:47

        Salut Aqualina !

        Merci pour ton commentaire, ça me fait toujours énormément plaisir ! Et surtout n'hésite pas à raconter tes propres expériences, c'est beaucoup plus intéressant que s'il n'y a que moi qui raconte ma vie :)

        Et effectivement, ta propre à l'aire horrible... C'est dingue comme un prof peut nous faire changer du tout au tout d'avis sur sa matière. Comment un prof qui n'aime pas lui-même enseigner sa matière peut-il vouloir qu'on l'aime à sa place ?? 

         

         

         

    4
    Samedi 19 Décembre 2015 à 13:58

    Ce deuxième post m'en met encore une fois plein la vue... Suite à cette lecture j'aimerais que tu me conseilles :  

    J'ai 15 ans, je suis en seconde et personnellement je suis très épanouie. Cependant je suis très  curieuse et je cultive un amour pour les gens, j'aime m'intéresser à tout le monde, et dans ma classe (comme dans d'autres classes) plusieurs filles sont comme toi (comme tu étais au lycée). Elles sont venus plusieurs fois me parler de leur ressenti, de leur solitude, de leur malheur... mais je pense qu'au fond d'elles même c'est bien pire que ça. Je pense qu'elles ressentent le lycée comme une période très douloureuse voir destructrice et ça me tue de voir ça.

    Je suis une personne qui sait aider les gens et les conseiller (je ne me jette pas de fleurs hein je déteste ça mais c'est le ressenti qu'ont mes proches). Malheureusement avec ces filles là, les conseils et les paroles ne sont pas très utiles et malheureusement pas très crédibles puisque je n'ai aucun mal à aller vers les gens... contrairement à elles.

    Alors voilà, toi qui est passé par là, saurais-tu me dire ce que je pourrais faire pour aider ces personnes...?

      • Samedi 19 Décembre 2015 à 16:31

        Témoin Espérance, 

        je suis très flattée que tu d'adresses à moi pour cela. J'étais effectivement comme ces filles maintenant, et aujourd'hui je suis mille fois plus épanouie. Je pense pouvoir te dire ce que j'aurais aimé que les autres fassent ou disent au lycée. Si elles sont si timides, c'est qu'elles n'ont pas confiance en elles. Elles se trouvent inintéressantes, et surement grosses et moches. C'est en tout cas comme cela que je me voyais. Une personne trop timide passe pour une personne bizarre. Et aux gens bizarre, on leur parle en mettant une certaine distance, un peu comme pour montrer aux autres je lui parle seulement maintenant parce que je n'ai pas le choix, mais non non, sinon je ne lui parle pas d'habitude, qu'est-ce que vous croyez ? Le ton sur lequel on parle aux timides leur fait mal. Certains leurs parlent aussi comme à des enfants, avec une voix toute douce, comme pour leur montrer la gentillesse qu'ils ont de leur parler, parce qu'ils pourraient comme les autres, ne pas le faire. Mais leur parler si gentiment est hypocrite. Les timides sont des personnes comme n'importe quelles autres, il faut juste leur parler normalement. Si ils sentent que la personne parle avec eux par pitié ou pas obligation, alors ils se referment et deviennent d'autant plus timides. Parle-leur comme tu parles aux autres gens de ta classe.

        Comme je l'ai dit juste avant, les filles timides se sentent horribles. Il faut essayer de leur redonner confiance en elle. Parce que souvent, elles ne prennent pas soin d'elles, ne se maquillent pas par exemple, par peur de je ne sais pas quoi d'ailleurs. Je ne me maquillais par parce que je voulais pas qu'on se dise qu'une fille moche essayait d'être jolie, et ça me paraissait totalement idiot, j'avais peur qu'on se moque de moi. Mais je sais aujourd'hui que les filles moches sont très rares, on a tous une part de beauté en soi. Mais une personne qui n'a pas confiance en elle ne le verra jamais. Alors il faut lui dire. Lui dire qu'elle a des beaux yeux, que ça lui irait super bien si elle mettait un peu de crayon, lui dire qu'elle a des jolies jambes, elle devrait mettre un slim ça la mettrait en valeur, lui dire qu'elle a des beaux cheveux, elle devrait les détacher plus souvent, lui dire qu'elle est super jolie quand elle sourit, et elle sourira plus souvent, ou que tu adores son rire, et elle aura moins de complexe à rigoler. Ce sont des petits détails, on peut penser qu'ils sont futiles et inutiles, mais je peux t'assurer qu'une fille qui se trouve horrible va y penser et y repenser, et c'est petit à petit qu'elle gagnera un peu de confiance en elle au début, et de plus en plus. 

        Autre chose qui peut être super, c'est essayer de les intégrer. Si elles sont plusieurs, c'est moins évident, mais tu peux en inviter une à manger avec ton groupe à la cantine. Mais il ne faut pas se contenter de l'inviter. Il faut lui parler, et la faire parler, mais ne pas parler qu'à elle, qu'elle se sente au niveau de n'importe qu'elle autre personne à la table. Et c'est vraiment super ce que tu fais, mais toute seule tu vas avoir du mal, il faut que les autres décident de l'intégrer volontairement aussi. Et alors là, tu vas faire une heureuse, je t'assure.

        Voilà, je pense qu'être tout à fait normal avec un timide et la meilleure chose qu'on puisse faire pour lui. Après, c'est à lui de vouloir sortir de cet enfer aussi. S'il ne fait rien pour, tu ne pourras pas le faire à sa place.

        Mais merci mille fois pour ces personnes, ce que tu fais est super, j'aurais vraiment aimé que quelqu'un soit comme ça avec moi au lycée.

    5
    Samedi 19 Décembre 2015 à 17:14

    J'ai eu aussi des problèmes dans ma relation avec les autres, parce que j'ai depuis le collège -et ai encore aujourd'hui- beaucoup de mal à aller vers l'autre et faire le "premier pas", mais moi maintenant ça va mieux: une fois qu'on est partis en conversation c'est bon c'est bouclé...

    Au sujet des profs, j'ai eu un excellent prof, mon prof de philo l'année dernière: un prof complètement épique, on passait nos heures de philo à discuter réellement autour des sujets qu'on avait à traiter, et je conserve un excellent souvenir de ces cours...

    Mais cette année en fac, j'ai une espèce de prof c'est plutôt horrible. Elle parle, elle a une voix plate, et c'est vraiment louuuuuurd... parce qu'elle arrive pas à intéresser son auditoire, du coup on est comme ça pendant ses cours on se regarde et on s'ennuie tellement ferme... Cette prof est blasée d'une force c'est puissant de blasation...
    Après durant ma scolarité quand j'avais des mauvaises notes, et du moins en lycée je faisais un peu la part entre le manque de travail ou d'attention de ma part, et quand c'était aussi un peu la faute du prof qui ne savait pas expliquer ^^'

    Sinon petit mot de la fin j'ai bien aimé lire ce post parce que j'ai apprécié le cheminement de ta réflexion et la façon dont c'est rédigé u.u

      • Samedi 19 Décembre 2015 à 17:52

        Merci beaucoup Chiki ! Je compatis pour ta prof, bon courage, tu en as apparemment besoin ;)

    6
    Samedi 19 Décembre 2015 à 18:55

    Merci ^^ parce que la pauvre vraiment c'est une horreur personne la supporte :/

    7
    Samedi 26 Décembre 2015 à 21:12

    Je travaille avec beaucoup d'enseignants du supérieur, ils ont une vie après les cours, y'en a qui sont sympa d'autres moins.Certains sont de super amis.

    Toujours prêt à rendre service et certains m'ont aidé pour des problèmes que j'ai rencontré alors que quand j'étais sur les bancs de l'école, j'avais du mal à les supporter.

    Comme quoi il ne faut jurer de rien.

      • Lundi 28 Décembre 2015 à 14:33

        Bien sur, et heureusement, que les profs ont une vie en dehors de la fac ou du lycée. C'est simplement dur à se le représenter. Ce n'est pas du jugement, je pense qu'un prof qui fait la gueule en cours ne devrait pas être prof, qu'importent les problèmes qu'il rencontre à l'extérieur. Vouloir être prof, c'est vouloir enseigner, partager, transmettre des connaissance, un goût pour la matière. Un sourire à l'envers sur un visage de prof n'y parviendra jamais. 

    8
    Vendredi 29 Janvier 2016 à 19:43

    Salut,

    comment est-ce que cela se fait-il donc que je ne sois pas repassée pour voir cet article ?!!! Je suis désolée, je n'ai pas beaucoup "surfé" sur eklablog ces derniers temps. C'est trop bête, n'empêche !

    Merci beaucoup d'avoir pris le temps de faire cet article, et de répondre à mon commentaire. 

    Je suis contente que tu te sois ouverte et que tu connaisses la vraie amitié, ça c'est cool ! L'environnement scolaire peut être effectivement très dur pour toutes les personnes timides, inconfortables avec les autres, ayant de l'anxiété etc... Et je sais de quoi je parle. 

    Je suis contente de connaître ton point de vue par rapport aux autres, comment tu as décidé de te faire une place, de trouver ta place parmi les autres, c'est une façon de penser que je ne possède pas et je pense que ça peut être bien!

    La raison pour laquelle je voulais que tu développes sur les profs est que tu as abordé le sujet de façon intéressante dans ton premier article, notamment parce que tu endosses ce rôle dans ton association. La façon dont tu parlais du fait que tes parents corrigent ta maîtresse m'a laissée penser que tu avais peut-être un rapport particulier avec les professeurs (je fais trop résonner mon expérience personnelle, je crois ^^''). Merci d'avoir détaillé !

     

    Je vais essayer de ne plus être trop tête en l'air, plus attentionnée, et repasser plus souvent ici, bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :